La disparition de Stéphanie Mailer de Joël Dicker

Résumé : 30 juillet 1994. Orphea, petite station balnéaire tranquille des Hamptons dans l’État de New York, est bouleversée par un effroyable fait divers: le maire de la ville et sa famille sont assassinés chez eux, ainsi qu’une passante, témoin des meurtres. L’enquête, confiée à la police d’État, est menée par un duo de jeunes policiers, Jesse Rosenberg et Derek Scott. Ambitieux et tenaces, ils parviendront à confondre le meurtrier, solides preuves à l’appui, ce qui leur vaudra les louanges de leur hiérarchie et même une décoration. Mais vingt ans plus tard, au début de l’été 2014, une journaliste du nom de Stephanie Mailer affirme à Jesse qu’il s’est trompé de coupable à l’époque. Avant de disparaitre à son tour dans des conditions mystérieuses. Qu’est-il arrivé à Stephanie Mailer ?
Qu’a-t-elle découvert ? Et surtout: que s’est-il vraiment passé le soir du 30 juillet 1994 à Orphea ?

Mon avis : J’ai emprunté ce livre à la médiathèque de mon quartier après une longue fil d’attente. Pas de doute, l’effet Harry Quebert demeure. J’ai adoré Harry, je me suis attachée ensuite à la famille Baltimore donc je DEVAIS savoir qui était cette Stéphanie Mailer. Cependant, je dois admettre que ce nouveau roman comporte quelques longueurs (longues, les longueurs. Très longues !) et parfois, dans un ras le bol car l’enquête n’avançait pas, j’ai refermé le livre plus vite que prévu. Du coup, j’ai dû rendre le livre à la médiathèque. Mais, ne pas savoir qui était ce terrible tueur m’empêchait carrément de dormir ! J’ai donc acheté le roman pour le finir et enfin savoir ! Parce que, à part les longueurs (qui disparaissent, (ouf !) pour le dernier tiers du roman !), c’est un bijou ! Joël Dicker sait nous balader tout en restant très cohérent. Les personnes sont réalistes, ils ont TOUS une histoire bien à eux, travaillée sur vingt ans et même davantage. Pendant ma lecture, j’ai eu trois suspects. Je me suis trompé les trois fois… La fin est magistrale ! Tout comme plusieurs passages. On reconnait, au bout de trois romans, l’écriture et le don de l’auteur pour ficeler une intrigue. Ça peut paraître logique mais il me semble qu’il n’y a pas beaucoup d’écrivains (aussi jeunes !) capable d’écrire un pavé qui soit aussi digeste et jubilatoire. Je suis fan et je recommande ce bouquin à lire en prenant son temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CommentLuv badge