Comment j’ai écrit un roman sans m’en rendre compte de Annet Huizing

Résumé :  » Le lecteur doit vivre ce que tu vis « , avait dit Lidwine. Mais qu’est-ce que je vivais au juste ? J’avais pas l’air maligne avec mon rêve de devenir écrivaine. Et là, une idée m’est venue. J’allais raconter comment Dirkje était entrée dans notre vie. J’ai ouvert mon ordinateur portable et j’ai retroussé mes manches. Mais mes doigts sont restés immobiles sur le clavier. Avant d’en venir à Dirkje, il faudrait d’abord que j’écrive que ma mère n’est plus là, et que je parle de mon père et de Kalle, de notre maison et du fait qu’on ne mange jamais à table. Je devais commencer par le commencement. Mais où commençait le commencement ? Il était une fois une fille à Hilversum ?

Mon avis : Il s’agit de mon premier livre jeunesse depuis que je ne suis plus dans la norme « jeunesse » et je dois dire que ce roman était très intéressant et l’écriture franchement plus « élevée » que ce que j’imaginais. A la base, je l’ai pris car 1) l’étagère des nouveautés achetées par la médiathèque de mon quartier était magnifique et qu’il trônait au milieu de celle-ci et 2) j’ai très envie d’écrire une histoire pour les ados (12-16 ans je dirais) et je voulais voir à quoi cela pouvait bien ressembler. L’histoire est, quant à elle, vraiment belle. J’ai aimé le récit que la jeune fille écrit lorsqu’elle prend ses cours avec la fameuse Lidwine mais aussi, justement, les cours auxquels on assiste. Une double histoire donc qui permet de ne pas s’ennuyer une seconde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CommentLuv badge